Petit pays, tu n'as point de poète 

Pour célébrer tes beautés et ton ciel,
Ton ciel si pur où, le soir, se reflète
Tout l'infini de ton sol immortel.

Moi, je ne suis qu'un enfant - mais je t'aime
Et c'est pourquoi j'ai voulu te chanter,
Petit pays, dans ce poème.

J'aime tes champs, tes granits séculaires,
Tes monts si bleus qui rougissent le soir,
L'odeur de tes sapins, tes chênes tutélaires,
Et mes étoiles d'or brillant dans ton ciel  noir.

J'aimme aussi ton passé, tes moeurs et ton histoire,
Les ruines de tes châteaux-forts,
J'aime rêver à ton antique gloire,
Et songer à ceux qui sont morts.

En toi, petit pays, j'ai trouvé tous les charmes
Des vieilles terres d'autrefois :
Souvenirs, sourires et larmes,
J'ai tout retrouvé dans tes bois.

Léonce JUGE - 1904

loup_g_vaudan