mardi 08 février

Du pont des arts, balcon de Paris

- Pourquoi, Seigneur, les hirondelles,Si bas, puis si haut volent-elles :Qu'en savent-elles,Qu'en sais-je ? rien. Et moi, pourquoi gai, puis morose,Pourquoi mes vers, pourquoi ma prose.Pourquoi sous mes doigts cette rose,Qu'en sais-je ? rien. J'ouvris ma volière de merles,Tout s'est envolé ;J'ouvris mon chapelet de perles, Il s'est défilé :Toi seul vent d'hiver qui déferles,Vent des vieux, n'as pas oublié. Georges FAGUS - 1872/1933
Posté par choupanenette à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 06 décembre

L'angoisse du vieux loup

Sa louve blanche, aux yeux flambants, et les petitsQu'elle abritait, la nuit, des poils chauds de son ventre,Gisent morts, égorgés par l'homme, au fond de l'antre.Ceux, de tous les vivants, qu'il aimait, sont partis. Il est seul désormais sur la neige livide.La faim, la soif, l'affût patient dans les bois,Le doux agneau qui bêle ou le cerf aux abois,Que lui fait tout cela, puisque le monde est vide ? Sa langue fume et pend de la gueule profondeSans lécher le sang noir qui s'égoutte du flanc,Il érige sa tête aiguë en grommelant.Et la... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,