lundi 14 octobre

La pomme et la poire

Un Américain, fort savantEt célèbre dorénavant,Vient de faire, à ce qu'on raconte,Parmi les plus, assurément,Déconcertantes du moment,Cet érudit et subtil hommeDéclare, avec conviction,Que ce ne fut pas une pommeQu'au temps de la créationAdam et Eve partagèrent.Il hésite, à ce qu'on nous dit,N'affirmant rien à la légère,Entre trois produits inédits :La banane, onctueuse et fraîche ;La figue, égale à la pèche,Et le citron acidulé. Or, vous pouvez, parbleu, m'en croire,Ce travail est très incomplet,D'après mes fouilles dans... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 12:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

jeudi 14 mars

Gitanella

Cinq ans ; des cheveux noirs ; des dents qui sont des perles ;Un teint de bronze avec des reflets de vermeil.Tandis que ses cousins vont dénicher des merles,Demi-nue, elle attend le lever du soleil.Le collier de corail qui rougit sa peau biseEst quelque talisman aux secrètes vertus,On croit lire dans ses yeux, où se peint la surprise,Comme une vision de bonheurs attendus.Sans doute elle aperçoit déjà, chère mignonne,A l'horizon lointain où va poindre le jour,Le nuage qui forme une immense couronneEnveloppant le ciel de son vaste... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 09:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 11 août

Le lion, le papillon et le renard

Sire lion sommeillait au soleil.Un joli papillon vermeilFond sur lui, le frôle et le taquine,Se pose enfin sur son échine.Notre lion rugit, sur ses pieds il bonditEt cherche à s'emparer de l'insecte maudit.Maître renard, le voyant faireTant de bruit pour si petite affaire,Se rit tout bas de sa fureur."Certes je n'ai point peur,Dit alors le lion, mais ce qui m'exaspère,C'est de voir si chétif adversaireDes animaux mépriser le plus fort.Or le sage craint plus le mépris que la mort. H. PROBST
Posté par choupanenette à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 04 janvier

Le jeune lièvre

Brusque, avec un frissonDe frayeur et de fièvre,On voit le petit lièvreS'échapper du buisson. N'entend-il pas quelqu'un ?Non. Ce n'est que la briseQui caresse et qui griseSon petit corps à jeun.Et dans le taillis brunLe fou s'aromatiseAu parfum du cytise. Terrains mous, terrains durs,En tout lieu son pied trotte ;Et poudreux, plein de crotte,Ce rôdeur des blés mûrs,Hante les trous obscurs,Où la source chevrotte,Les vieux mursEt la grotte.Puis dans le champ vermeilIl renifle sans trèveAu soleil qui se lève. M. ROLLINAT
Posté par choupanenette à 08:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,