lundi 28 septembre

Triolets

Que ces vers que je viens de lireOnt un accent tendre et touchant !Non ! ce n'est pas un dernier chantQue ces vers que je viens de lire !On n'en est pas à son couchantQuand si jeune encor est la lyre !Que ces vers que je viens de lireOnt un accent tendre et touchant ! Ces beaux vers que chacun admire,On les retient à son insu ;On veut les lire et les relireCes beaux vers que chacun admire,Où votre art exquis à tissuUne larme dans un sourire.Ces beaux vers que chacun admireOn les retient à son insu. La fleur que tant d'éclat... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 10:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 08 mai

Paul Eluard

La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,Un rond de danse et de douceur, Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,Et si je ne sais plus tout ce que j'ai vécuC'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu. Feuilles de jour et mousse de rosée,Roseaux du vent, sourires parfumés,Ailes couvrant le monde de lumière,Bateaux chargés du ciel et de la mer,Chasseurs des bruits et sources des couleurs, Parfums éclos d'une couvée d'auroresQui gît toujours sur la paille des astres,Comme le jour dépend de l'innocenceLe monde entier dépend de... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 16 janvier

BOBO

La main saigne, bébé crie,Bébé court éperdument :Il faut retrouver mamanPour que la main soit guérie. Maman paraît, toujours prompte ;Bébé sent son petit coeurGros d'une mer de douleurDont le niveau baisse et monte. Mais maman souffle et console :Et, parce qu'elle a soufflé,Le bobo, miracle ailé !Part en sourire et s'envole. M. MOREL    
Posté par choupanenette à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 18 juillet

Il a plu

Il a plu. Soir de juin. Écoute,Par la fenêtre large ouverte,Tomber le reste de l'averseDe feuille en feuille, goutte à goutte. C'est l'heure choisie entre toutesOù flotte à travers la campagneL'odeur de vanille qu'exhaleLa poussière humide des routes. L'hirondelle joyeuse jase.Le soleil déclinant se croiseAvec la nuit sur les collines ; Et son mourant sourire essuieSur la chair pâle des glycinesLes cheveux d'argent de la pluie. Charles GUERIN
Posté par choupanenette à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,