samedi 21 août

Sur les routes de Sibérie

Sur les routes de SibérieOn pourrait encore aujourd'hui retrouver le lacetD'un de mes souliers déchirés,Une ceinture en cuir, les débris d'une cruche,Un feuillet du Livre sacré. Sur les fleuves de SibérieOn pourrait retrouver comme un signe, l'épaveDe mon radeau submergé.Dans la forêt un bout de corde ensanglantéeDans la neige - des pas gelés. H. LEIVIK - 1888/1962
Posté par choupanenette à 16:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 28 janvier

Sur la première crise de goutte que j'eus en 1715

Le destructeur impitoyable,Et des marbres et de l'airain,Le Temps, ce tyran souverainDe la chose la plus durable,Sape sans bruit le fondementDe notre fragile machine ;Et je ne vis plus un momentSans sentir quelque changementQui m'avertit de sa ruine. Je touche aux derniers instantsDe mes plus belles années,Et déjà de mon printempsToutes les fleurs sont fanées.Pour mon arrière-saison,Je ne vois et n'envisageQue le malheur d'être sage,Et l'inutile avantageDe connaître la raison. Autrefois mon ignoranceMe fournissait des plaisirs... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 16 juin

INITIUM

Les violons mêlaient leur rire au chant des flûtesEt le bal tournoyait quand je la vis passerAvec ses cheveux blonds jouant sur les volutesDe son oreille où mon Désir comme un baiserS'élançait et voulait lui parler sans oser. Cependant elle allait, et la mazurque lenteLa portait dans son rythme indolent comme un vers,- Rime mélodieuse, image étincelante, -Et son âme d'enfant rayonnait à traversLa sensuelle ampleur de ses yeux gris et verts. Et depuis, ma Pensée - immobile - contempleSa Splendeur évoquée, en adoration,Et dans son... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 22 juillet

La musique

La musique souvent me prend comme une mer !Vers ma pâle étoile,Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,Je mets à la voile ; La poitrine en avant et les poumons gonflésComme de la toile,J'escalade le dos des flots amoncelésQue la nuit me voile ; Je sens vibrer en moi toutes les passionsD'un vaisseau qui souffre ;Le bon vent, la tempête et ses convulsions Sur l'immense gouffreMe bercent. D'autres fois, calme plat, grand miroirDe mon désespoir ! Charles BAUDELAIRE
Posté par choupanenette à 20:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,