dimanche 08 juillet

Le lys

Cette fleur que j'adore je voudrais te l'offrir,Fragile pédoncule d'un vert tendre d'espoirSupportant sur sa tige gracile, pour t'émouvoir,Les larges corolles que j'irai quérir. Les pétales entr'ouverts aux veloutés nervuresEntourent le pistil livré aux butineusesSouillant de leurs pattes velues la divine parureEmportant ce nectar vers les nymphes peureuses. Et cette plante pourpre tachetée de points noirsRehausse lumineuse l'étamine divineAu pollen nourrissant empli de fols pouvoirsEssaimant alentours l'espèce purpurine. ... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 16:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 08 février

Le lys

Hors du coffret de laque aux clous d'argent, parmiLes fleurs du tapis jaune aux nuances calmées,Le lourd collier massif qu'agrafent deux caméesRuisselle et se répand sur la table à demi. Un oblique rayon l'atteint. L'or a frémi,L'étincelle s'attache aux perles parsemées,Et midi darde moins de flèches enflamméesSur le dos somptueux d'un reptile endormi. Cette splendeur rayonne et fait pâlir des baguesÉparses où l'onyx a mis ses reflets vaguesEt le froid diamant sa claire goutte d'eau ; Et comme dédaigneux du contraste et du groupe,... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 22 mars

AMARYLLIS

Ô, que le ciel est gai,Durant ce joli mois de mai.Mais le printemps pâlitAuprès d'Amaryllis !...Mais que sont les lysAuprès d'Amaryllis ? Mais que vaut leur beauté,En mon coeur attristé,Quand des pleurs je lisAux yeux d'Amaryllis ?...Mais que sont les lysAuprès d'Amaryllis ? De ces nouvelles fleurs,L'aube va ranimer les pleursMais que fait leur beautéA mon coeur attristé,Quand des pleurs je lis Aux yeux d'Amaryllis ? LOUIS XIII
Posté par choupanenette à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 03 décembre

Le vent est doux comme la main d'une femme

Le vent est doux comme la main d'une femmeLe vent du soir qui coule dans mes doigts ;L'oiseau bleu s'envole et voile sa voix,Les lys royaux s'effeuillent dans mon âme ; Au clavecin s'alanguissent les gammes,Le soleil est triste et les coeurs sont froids ;Le vent est doux comme une main de femme,Le vent du soir qui coule dans mes doigts. Je suis cet enfant que nul ne réclame,Qu'une dame pâle aimait autrefois ;Laissez le soleil mourir sur les toits,Dormir la mer plus calme, lame à lame...Le vent est doux comme la main d'une femme.
Posté par choupanenette à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,