jeudi 07 octobre

Menace

Si tu m'encagesJ'aurai un amant au dos lisseAux hanches adoslescentesAux muscles comme un tambourAux lèvres cruellesUn amant qui aura quarante ansToute son enfanceEt bien plusNous sépareraMais nous nous raconteronsDe la littératureSi tu m'encagesNous nous apprendronsA faire l'amourEt je le partageraiAves ses maîtressesParce qu'il ne m'aimera pasEt moi non plus.Si tu m'encagesN'oublie pasJ'aurai un amant au dos lisse. Denise JALLAIS
Posté par choupanenette à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 20 janvier

La belle au jardin d'amour

La belle est au jardin d'amour,Voilà un mois ou six semaines.Son père la cherche partoutEt son amant qu'en est en peine. Faut demander à ce bergerS'il ne l'a vue dans la plaine.- Berger, berger, n'as-tu point vuPasser ici la beauté même ? - Comment est-elle donc vêtue ?Est-ce de soie ou bien de laine ?- Elles est vêtue de satin blancDont la doublure est de futaine. - Elle est là-bas dans ce vallon.Assise au bord d'une fontaine ;Entre ses mains tient un oiseau,La belle lui conte ses peines. - Petit oiseau, tu es... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 11 mai

Dernière lettre

Les écrits restentJe t'aimeJe m'envole A la poursuite de nos ombresAdieu la minute préciseOù mon amour est plus fort que la mortEt l'on saura combien mon éphémèreJe t'ai donnéPlus d'un dira de moiJ'ai plus aimé que luiEt plus d'une diraJe suis plus belle qu'elle Pourquoi personne ne sauraLes écrits restentJe m'efface Moi qui n'étais qu'un hommeEt toi tu étais toutEt c'est toi qui nous fera vivre dans la mémoire des hommesMoi qui te parle comme un mort Les écrits restent Aussi j'écris j'écrisJe gagne sur l'immortalité en ce... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 26 novembre

Les amants

Il monte un parfum des jardins ombrageux,Des jardins troublants où dans les alléesL'herbe folle croît, des vents langoureux,Passant sur le bois, viennent des vallées. Et plus bas encor, là près des saulaies0ù le vent fraîchit, s'en vinrent, heureux,Les deux amoureux, leurs lèvres collées,Qui cherchaient une âme au bord de leurs yeux. Et l'on croit ouïr des chansons ailées,Mais ce sont les coeurs des beaux amoureuxQui chantent, ravis, aux nuits étoiléesLe charme divin d'être seul à deux.
Posté par choupanenette à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,