samedi 13 août

L'art de vieillir

  Vieillir, se l'avouer à soi même et le diretout haut, non pas pour voir protester les amis,mais pour y conformer ses goûts et s'interdirece que la veille encore on se croyait permis. Avec sincérité, dès que l'aube se lève,se bien persuader qu'on est plus vieux d'un jour ;à chaque cheveu blanc, se séparer d'un rêveet lui dire tout bas un adieu sans retour. Aux appétits grossiers, imposer d'âpres jeunes,et nourrir son esprit d'un solide savoir,devenir bon, devenir doux, aimer les fleurs,aimer les jeunes, comme on aima... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 27 mars

Les genêts

Vous en souvenez-vous, genêts de mon pays,Des petits écoliers, aux cheveux en broussailles,Qui s'enfonçaient sous vos rameaux comme des cailles,Troublant dans leur sommeil les lapins ébahis ? Comme l'herbe était fraîche, à l'abri de vos tiges !Comme on s'y trouvait bien, sur le dos allongé,Dans le thym qui faisait, aux sauges mélangéUn parfum enivrant à donner des vertiges ! Et quelle émotion lorsqu'un léger frou-frouAnnonçait la fauvette apportant la pâture, Et qu'en bien l'épiant on trouvait d'aventureSon nid plein d'oiseaux... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 30 septembre

L'Automne

A toute autre saison je préfère l'automne ;Et je préfère aux chants des arbres pleins de nidsLa lamentation confuse et monotoneQue rend la harpe d'or des grands chênes jaunis. Je préfère aux gazons semés de pâquerettesOù la source égrenait son collier d'argent vif,La clairière déserte où, tristes et discrètes,Les feuilles mortes font leur bruit doux et plaintif. Plus de moissons aux champs, ni de foin aux vallées ;Mais le seigle futur rit sur les bruns sillons,Et le saule penchant ses branches désoléesSert de perchoir nocturne... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 11:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 20 mai

A mon père

C'est à toi que je veux offrir mes premiers vers,Père ! J'en ai cueilli les strophes un peu rudes,Là haut, dans ton Rouergue aux âpres solitudes,Parmi les bois touffus et les genêts amers. Tu ne les liras point, je le sais, ô mon père ;Car tu ne sais pas lire, hélas ! et toi qui fisTant d'efforts pour donner des maîtres à ton fils,On ne te mit jamais à l'école primaire... Eh bien ! avant le jour - lointain encor, j'espère, -Où, jetant ta cognée et te croisant les bras,Les yeux clos à jamais, tu te reposerasSous l'herbe haute et drue... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,