vendredi 01 janvier

Le matin des étrennes

- Ah ! quel beau matin, que ce matin des étrennes !Chacun, pendant la nuit, avait rêvé des siennesDans quelque songe étrange où l'on voyait joujoux,Bonbons habillés d'or, étincelants bijoux,Tourbillonner, danser une danse sonore,Puis fuir sous les rideaux, puis reparaître encore !On s'éveillait matin, on se levait joyeux,La lèvre affriandée, en se frottant les yeux...On allait, les cheveux emmêlés sur la tête,Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête,Et les petits pieds nus effleurant le plancher,Aux portes des parents... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 30 juillet

Le dormeur du val

C'est un trou de verdure où chante une rivièreAccrochant follement aux herbes des haillonsD'argent, où le soleil de la montagne fièreLuit : c'est un petit val qui mousse de rayons. Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,Pâle dans son lit vert où la lumière pleut ; Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme Sourirait un enfant malade, il fait un somme.Nature ! berce-le chaudement : il a froid. Les parfums ne font pas... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 01 janvier

Le matin des étrennes

Ah ! quel beau matin que ce matin des étrennes !Chacun, pendant la nuit, avait rêvé des siennesDans quelque songe étrange où l'on voyait joujoux,Bonbons habillés d'or, étincelants bijoux,Tourbillonner, danser une danse sonore,Puis fuir sous les rideaux, puis reparaître encore ! On s'éveillait matin, on se levait joyeux,La lèvre affriandée, en se frottant les yeux...On allait, les cheveux emmêlés sur la tête,Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête,Et les petits pieds nus effleurant le plancher,Aux portes des parents,... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:25 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 15 octobre

Sensation

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.Je laisserai le vent baigner ma tête nue. Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :Mais l'amour infini me montera dans l'âme,Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,Par la Nature, -heureux comme avec une femme. Arthur RIMBAUD
Posté par choupanenette à 11:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,