jeudi 20 mars

Prière de l'indigent - 1846

O toi dont l'oreille s'inclineAu nid du pauvre passereau,Au brin d'herbe de la collineQui soupire après un peu d'eau, Providence qui les console,Toi qui sais de quelle humble mainS'échappe la secrète oboleDont le pauvre achète son pain ; Toi qui tiens dans ta main diverseL'abondance et la nudité,Afin que de leur doux commerceNaissent justice et charité ; Charge-toi seule, ô Providence,De connaître nos bienfaiteurs,Et de puiser leur récompenseDans les trésors de tes faveurs ! Notre coeur, qui pour eux t'implore,A l'ignorance est... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 30 novembre

D'une fleur sèche

D'une fleur sèche j'ai marqué la fin du livre.Je souffrais vainement de l'ivresse d'être lâche,D'être celui qui n'agit pas et qui s'afflige,Et dont l'or infécond dort enfoui dans l'âtre. Pour ma tristesse elle effleura sa mandolineOù les cordes mouraient aux doigts de sa main lasse,Et sur sa lèvre un lied erra, mélancolique,Dont elle attiédissait la neige des syllabes... La voix s'éloigne ; elle est de plus en plus lointaine.Les vagules d'argent du lied triste s'éteignent ;Sur la grève du crépuscule, elles se figent. Et dans la... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 30 juillet

Le Papillon

Naître avec le printemps, mourir avec les roses ;Sur l'aile du zéphyr nager dans un ciel pur ;Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,S'enivrer de parfums, de lumière et d'azur ;Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes, S'envoler comme un souffle aux voûtes éternelles :Voilà du papillon le destin enchanté.Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,Et, sans se satisfaire, effleurant toute chose,Retourne enfin au ciel chercher la volupté.
Posté par choupanenette à 20:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 15 juin

Sultan, le cheval arabe

A M. DE CHAMPEAUX (1838) Le soleil du désert ne luit plus sur ta lame,O mon large yatagan plus poli qu'un miroir,Où Kaïdha mirait son visage de femmeComme un rayon sortant des ombres d'un ciel noir ! Tu pends par la poignée au pilier d'une tente,Avec mon narghilé, ma selle et mon fusil ;Et, semblable à mon coeur qui s'use dans l'attente,La rouille et le repos te dévorent le fil ! Et toi, mon fier Sultan à la crinière  noire,Coursier né des amours de la foudre et du vent,Dont quelques poils de jais tigraient la blanche... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 22 mai

A un curé de village

La voix de leur cloche sonore,Qui dit aux vains enfants du bruitQue le Seigneur est dans l'aurore,Que le Seigneur est dans la nuit ; Les longs bords de leur robe blanche,Par des troupes d'enfants suivis,Qu'on voit balayer le dimancheLa poussière des vieux parvis ; Cette odeur de myrrhe et de rosesQui s'exhale autour de leus pas,Et leur voix qui parle de chosesQue l'oeil des hommes ne voit pas ! Quand le sillon courbe le reste,Eux seuls travaillent de leur mainA l'oeuvre du Père céleste,Pour un autre prix que du pain ! ... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 17 avril

A une jeune fille

Qui avait raconté un rêve - 1847 Un baiser sur mon front ! un baiser, même en rêve !Mais de mon front pensif le frais baiser s'enfuit ;Mais de mes jours taris l'été n'a plus de sève ;Mais l'Aurore jamais n'embrassera la Nuit. Elle rêvait sans doute aussi que son haleineMe rendait les climats de mes jeunes saisons,Que la neige fondait sur une tête humaine,Et que la fleur de l'âme avait deux floraisons. Elle rêvait sans doute aussi que sur ma joueMes cheveux par le vent écartés de mes yeux,Pareils aux jais flottants que sa tête... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 13:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :