jeudi 26 janvier

Les cinq actes de la vie

Le drame de la vie, hélas ! est peu de chose :Au drame de la scène on peut le comparer :Jusques au dénoûment jamais on n'y repose ;Bien ou mal, pauvre ou riche, on doit y figurer. Au premier acte on naît ; avec peine on s'avanceA travers mille écueils vers un but ignoré.Au second, on s'éclaire, on pressent l'existence ;A de vagues désirs on est déjà livré. Au troisième, emporté par une aveugle ivresse, Par le monde, l'amour, les renaissants plaisirs,On  ose, on brave tout, on s'égare sans cesse,On s'apprête souvent... [Lire la suite]

samedi 13 août

L'art de vieillir

  Vieillir, se l'avouer à soi même et le diretout haut, non pas pour voir protester les amis,mais pour y conformer ses goûts et s'interdirece que la veille encore on se croyait permis. Avec sincérité, dès que l'aube se lève,se bien persuader qu'on est plus vieux d'un jour ;à chaque cheveu blanc, se séparer d'un rêveet lui dire tout bas un adieu sans retour. Aux appétits grossiers, imposer d'âpres jeunes,et nourrir son esprit d'un solide savoir,devenir bon, devenir doux, aimer les fleurs,aimer les jeunes, comme on aima... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 13 avril

Nocturne

Il n'est pas une étoile aux ténèbres du ciel,Tous les feux sont éteints sur la prochaine rive :Ta lampe seule brille à cette heure tardive,Aucun regard ne veut répondre à son appel. Nulle autre vie, en cette universelle absence,Ne peut distraire ton amour de ses regrets :Sur la vitre la pluie où vivent des secrets,Célèbre dans son chant la fête du silence. Jean Pourtal de Ladevèze 
samedi 23 août

Le repos en Egypte

La nuit est bleue et chaude, et le calme infini...Roulé dans son manteau, le front sur une pierre,Joseph dort, le coeur pur, ayant fait sa prière ;Et l'âne à ses côtés est comme un humble ami. Entre les pieds du Sphinx appuyée à demi,La Vierge, pâle et douce, a fermé la paupière ;Et, dans l'ombre, une étrange et suave lumièreSort du petit Jésus dans ses bras endormi. Autour d'eux le désert s'ouvre mystérieux ;Et tout est si tranquille à cette heure, en ces lieux,Qu'on entendrait l'enfant respirer sous ses voiles. Nul souffle... La... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 09:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
vendredi 27 juin

Odelette

Si j'ai parléDe mon amour, c'est à l'eau lenteQui m'écoute quand je me pencheSur elle ; si j'ai parléDe mon amour, c'est au ventQui rit et chuchote entre les branches ;Si j'ai parlé de mon amour, c'est à l'oiseauQui passe et chanteAvec le vent ;Si j'ai parléC'est à l'écho. Si j'ai aimé de grand amour,Triste ou joyeux,Ce sont tes yeux ;Si j'ai aimé de grand amour,Ce fut ta bouche grave et douce,Ce fut ta bouche ;Si j'ai aimé de grand amour,Ce furent ta chair tiède et tes mains fraîches,Et c'est ton ombre que je cherche. Henri de... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 16:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 15 mai

Il sait lire

L'école est loin, parfois à quatre kilomètres.Pourtant l'on voit partir tous ces chers petits êtresLe matin, par des temps de neige et de verglas.Les chemins sont mauvais. On grelotte. On est las.On souffle dans ses doigts, à cause de l'onglée...Mais, on est des enfants à la mine éveillée,Durs au froid, durs au mal et qui ne pleurent pas. Le soir, le tout petit s'en retourne au village ;Il a fait dans le jour beaucoup de gribouillageEt n'a mangé souvent qu'un morceau de pain noir,Il va, martyrisé, changeant de main ses livres.Fardeau... [Lire la suite]

lundi 12 mai

A Laure de Noves

Joyeuses herbes, herbes heureuses,Que ma dame foule en marchant,Rives qui, répétant son chant,Gardez ses traces gracieuses, Doux arbrisseaux, branches noueuses,Violettes à l'air touchant,Forêts que mon soleil couchantDe ses rayons rend glorieuses, O beau pays, fleuve d'azur,Toi qui, baignant son clair visage,Pris de ses yeux le reflet pur, Il n'est point de roche sauvageSur tes bords, qui n'ait dû formerSa vue et son coeur à l'aimer ! PETRARQUE 
dimanche 06 avril

Sans-Souci

Je suis pauvre, je n'ai pas le sou,Rien ne cliquette dans ma poche ;Ma veste a plus d'un accroc,J'ai les pieds nus dans mes galoches ;Cela ne fait rien, j'ai le coeur fort,Sur mes maux, jamais ne ne pleure,Et à la fin, sans grand effort,La mort achèvera mon malheur. Mais je me moque de tout,Je peux vivre partoutL'âme contente.Sans aucune plainte,J'ai su arranger mon sortPour vivre jusqu'à la mort. Je dors au chaud, je dors au froidSans couverture et sans paille, En regardant les étoiles ;Abrité contre une muraille,Là, je dors... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 11:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 09 janvier

Les deux jeunes frères

J'ai lu dans un auteur que deux jeunes enfants,Nés sous le même toi et des mêmes parents,Par les goûts et le caractère,Paraissaient tellement unis,Qu'ils semblaient au doux nom de frèreJoindre les sentiments des plus tendres amis.Tout leur était commun, le plaisir et la peine :Si l'un était content, l'autre en était ravi,Et lorsque l'un souffrait, l'autre souffrait aussiL'aîné devint malade , et pour qu'il fût guéri,Il lui fallait ouvrir la veine ;La faculté, du moins, le prétendait ainsi,Cette nouvelle mit le plus jeune en souci :Il... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 15:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 29 décembre

Le miroir

Debout, surgie et nue encoreDevant le miroir et le feu,Tes deux bras en anses d'amphoreQuand tu rattaches tes cheveux, Et, que te courbant, tu soulignesLa ligne parfaite d'un dosDont le modelé serait digne Du plus dur marbre et du ciseau ; Ou bien que tirant sur ta jambeCe bas qui fait plus blanche encorCette hanche où l'âtre flambePromène une caresse d'or, Quelle ardeur nouvelle me troubleD'un nouveau désir rallumé ?- Ah ? dans ce miroir c'est ton double Que je voudrais encore aimer ! Emile HENRIOT    ... [Lire la suite]