jeudi 06 novembre

Les poupées

Je ne sais pas pourquoi, vraiment, elles m'ont plu,Mes poupées de la paix, puisque je n'en veux plus.Elles avaient des yeux bleus bêtesDes cheveux blonds de petits chiens.Un jour, j'en ai cassé la tête ;Qu'ai-je trouvé dedans ? - Rien.Ça ne servait pas à grand'chose,Ça fermait ses yeux indigos,Ça marchait dans sa robe rose.Les chères dansaient des tangos. Je ne sais pas pourquoi, vraiment, elles m'ont plu,Mes poupées de la paix, puisque je n'en veux plus.Maintenant, j'ai mon infirmière,Avec sa croix rouge sang.Son air sérieux, sa... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 15:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 28 avril

La cavale

O Corse à cheveux plats, que ta France était belleAu grand soleil de Messidor !C'était une cavale indomptable et rebelle,Sans frein d'acier ni rênes d'or ; Jamais aucune main n'avait passé sur ellePour la flétrir et l'outrager ;Jamais ses larges flancs n'avaient porté la selleEt le harnais de l'étranger. Tout son poil était vierge ; et, belle vagabonde,L'oeil haut, la croupe en mouvement,Sur ses jarrets dressée, elle effrayait le mondeDu bruit de son hennissement. Tu parus ; et, sitôt que tu vis son allure,Ses reins si souples et... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 16:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 24 mars

La voie lactée

Une nuit, Attila, le cavalier de Dieu,Avait laissé surprendre et cerner ses armées.Le serrant, l'étouffant dans un cercle de feu,Autour de lui grondaient les forêts enflammées. Les ennemis vainqueurs choquaient leurs boucliers ;La terre, au loin, tonnait du lourd fracas des armes.Attila regardait périr ses cavaliers,Et ses grands yeux brûlants se rougissaient de larmes. Ses femmes se roulaient devant son cheval noir,Et cachaient dans leurs mains leur tête échevelée.Or le vieux chef, voyant qu'il n'était plus d'espoir,S'allait, pour... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 04 mars

En route

Il est parti pour l'armée,Le coeur gros, l'esprit soumis.Les chercheurs de renomméeNe sont pas ses amis.Il est parti pour l'armée. Il embrasse tous ses vieux,Et vers sa pauvre demeureIl tourne longtemps les yeux...Trois ans, ce n'est pas une heure ! Il est en route à présent,Le bon petit paysan. Il est parti pour la guerre.Il aurait mieux aimé pas.Mais quoi ! puisqu'on doit la faire,Puisqu'ils y vont les soldats,Il est parti pour la guerre. C'est au hasard qu'il fait feuA la première escarmouche ;A la seconde, morbleu !Il guette,... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 19 décembre

Roland à Roncevaux

Le noble Charles, roi des Francs,Avait passé monts et torrents.Restait l'arrière-garde,Ayant pour chef Roland le preuxVoilà qu'il se hasardeAu fond d'un val bien ténébreux. Hélas ! le traître GanelonA fait garder ce noir vallon ;Car dans une armée immenseSoudain descend des pics voisins.La lutte à mort commence,Aux cris stridents des Sarrazins... Blessé trois fois, sire OlivierDit à Roland : "Beau chevalier,Là-bas est Charlemagne.Sonnez vers lui, sonnez du cor,Sonnez par la montagne !"Le bon Rolant dit : "Pas encor." Enfin, percé... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 09 octobre

Le bon gîte

Bonne vieille, que fais-tu là ?Il fait assez chaud sans cela,Tu peux laisser tomber la flamme.Ménage ton bois, pauvre femme,Je suis séché, je n'ai plus froid.Mais elle, qui ne veut m'entendre,Jette un fagot, range la cendre :"Chauffe-toi, soldat, chauffe-toi." Bonne vieille, je n'ai pas faim,Garde ton jambon et ton vin ;J'ai mangé la soupe à l'étape.Veux-tu bien m'ôter cette nappe !C'est trop bon et trop beau pour moi.Mais elle, qui n'en veut rien faire,Taille mon pain, remplit mon verre :"Refais-toi, soldat, refais-toi." Bonne... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 09:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 15 octobre

Dandolo

Venise aux Byzantins demandait un traité.Auprès de l'empereur part comme députéUn des plus nobles fils de Venise la belle,Dandolo !... L'empereur ordonne qu'on l'appelle.Il entre... Le traité l'attendait tout écrit :"Lisez, lui dit le prince, et puis signez...". Il litMais soudain, pâlissant de colère, il s'écrie :"Ce traité flétrirait mon nom et ma patrie !Je ne signerai pas". L'impétueux CésarSe lève ! Dandolo l'écrase du regard.Le prince veut parler de présents... il s'indigne !De bourreaux... il sourit. De prêtres... il se signe... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 11:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 08 mai

Carnot

Le boulet court mobile ainsi qu’un serpenteau,Wattignies°, imprenable, habile un fort plateauAux abords menaçants par mille artilleries,Sinistre et promettant de prochaines tueries.Qu’importe ! Les Français y vont comme au gala,Libres, insouciants, légers… Carnot est là !Carnot dans tous ces cœurs a soufflé sa grande âme.L’Autriche a beau s’armer et de bronze et de flamme,Chacun de nos petits enrôlés est enclinA prendre le tonnerre au vol comme FranklinEt leur vive chanson dit bonjour à la foudre.Ils chantent, alléchés par... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 20 avril

Les soldats de la République

Aînés d’une race stoïque,Salut, vous les premiers venusA l’appel de la RépubliqueChers ignorés, grands inconnus.Le rouge soleil de la gloireQui pourpre encor vos générauxVous a laissés dans la nuit noire,Peuple anonyme de héros.Pourtant vous aviez, dès l’aurore,Par un élan illimité,Suivi celle que l’on adore,L’infatigable Liberté.Au pas de cette voyageuseVous alliez fougueux et dispos,Comme l’avalanche orageuse,Presque sans halte et sans repos ;Et vos triomphantes étapes,O mes chers marcheurs disparus,S’appelaient Dunkerque et... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 04 mars

Branle-bas

Un soleil matinal éclaire Salamine,Dont le golfe s’étend, large sous les airs bleus ;Lançant des sons aigus, qui montent vers les cieux,Sonne pour le combat la trompette marine. Car deux flottes sont là, dont chacune a ses dieux,Son peuple, son pays, et l’instant est suprême,Et l’on voit se couvrir chaque pont de trirèmeDe robustes marins aux sourcils anxieux. Les navires enfin se sont formés en ligne,La rame heurte la mer à coups précipités,Et voguent les vaisseaux, comme un vol de blancs cygnes. Là, l’ennemi combat sur les flots... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 09:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,