Le rosier refleurit qu'on avait cru mourant ;
Il suffit que l'enfant revienne lui sourire...
Et le vent rafraîchi qui dans les pins soupire
Agite par moments le beau choeur odorant...

Les roses sous l'azur aimable de l'automne
Eclosent à l'envi, mais, triste en sa douceur,
La colombe déjà lamente que leur soeur
Aux langueurs du regret demain les abandonne.

Jean LEBRAU

1303318994_8461