L'inhumaine beauté du trop lucide hiver
Contraint le paysage à cette ligne austère
Et de vains ornements a dépouillé la terre :
Avare pureté du gel et du ciel clair.

Contemple la rigueur de ce monde désert,
La dureté de ses contours que rien n'altère,
Architecture harmonieuse et planétaire
Où s'ordonna sans l'homme un secret univers.

Poète au coeur blessé que harcèlent les rêves
Comme les flots roulant sur le sable des grèves,
Fuis le facile appas des gloires de l'été ;

Descends aux profondeurs de ton âme immortelle
Où règnent le silence et la sérénité
Et regarde fleurir la vie originelle.

Jean POURTAL de LADEVEZE

winter_morning