Si je gravais des vers sur ton socle de pierre,
Certes j'exalterais tes combats glorieux,
O monstre colossal qui, seul victorieux,
Seul peut montrer les crocs et froncer la paupière !

Je dirais qu'on t'a vu jusqu'à l'heure dernière,
Fauve géant, qui fut digne des fiers aïeux, 
Rejeter loin de toi, sanglant et furieux,
L'assaut de cent chacals pendus à ta crinière.

Mais je voudrais encore ajouter : Grand lion,
Symbole de colère et de rébellion,
D'un moins sombre avenir tu nous es l'assurance !

Attends, sois, comme tous, patient et muet ;
Mais si la haine sainte en nous diminuait,
Rugis pour rappeler son devoir à la France !

François COPPEE