Tu la voulais quand tu souffrais,
Pour sortit du monde profane,
Pou laisser ton âme qui plane
Pleurer en paix... Toi qui pleurais...

Tu la voulais seule et lointaine,
Hors de tous les centres humains,
Afin que jamais une haleine
N'empoisonne l'air de la plaine,
ni qu'une main souille tes mains !

Tu la voulais étroite et sombre
Pour y pleurer seul dans la nuit.
Tu te fus enveloppé d'ombre
Et là, de tes plaintes sans nombre,
Le roc eut retenti, sans bruit...

Collier d'Ambre par Esther de Suze

cabane