Le travail terminé, grave, à pas lents, ce soir,
Le fermier conduisait sa mule à l'abreuvoir ;
L'enfant qui marche à peine accourt lui faire la fête,
Et, bégayant, lui dit qu'il veut tenir la bête.
Le père alors a mis sa corde dans sa main,
Et le groupe plus lent s'est remis en chemin.
Le petit tient la bride, et la bête de somme
Suit les pas incertains de l'humble enfant de l'homme,
Qui rit, trébuche, hésite et tombe tout d'un coup. -
Mais la mule s'arrête et, baissant son long cou,
Le regarde... L'enfant, maladroit, se remue,
Fait effort, se relève en riant et dit : "Hue !"
Le père marche, heureux et las, songeant au jour
Où le fils conduira cette bête au labour.

Jean AICARD

labour