Certes, il luira sur nos fronts
Ce grand jour de nos destinées
Où nous vous ressusciterons,
Saintes villes assassinées !

Toul ! nous te verrons resplendir
Au pied de tes montagnes vertes ;
Et toi qui sus encore grandir
Sur tes places de sang couvertes,

Strasbourg ! après tant de douleurs
Tes remparts dont la voix s'est tue
Seront jonchés des mêmes fleurs
Que ton héroïque statue ;

Et nous y verrons, - c'est demain ! -
Sous tes guirlandes et tes voiles
Ulrich élevant dans sa main
Son bâton bleu semé d'étoiles.

Théodore de Banville - Octobre 1870

strasbourg_09