Une linotte avait un fils
Qu'elle adorait, selon l'usage ;
C'était l'unique fruit du plus doux mariage,
Et le plus beau linot qui fût dans le pays.
Sa mère en était folle, et tous les témoignages
Que peuvent inventer la tendresse et l'amour
Étaient pour cet enfant épuisés chaque jour.
Notre jeune linot, fier de ses avantages,
Se croyait un phénix, prenait l'air suffisant,
Tranchait du petit important
Avec les oiseaux de son âge,
Persiflait la mésange ou bien le roitelet,
Donnait à chacun son paquet,
Et se faisait haïr de tout le voisinage.
Sa mère lui disait : "Mon cher fils, sois plus sage,
Plus modeste surtout. Hélas ! je conçois bien
Les dons, les qualités qui furent ton partage.
Mais feignons de n'en savoir rien,
Pour qu'on les aime davantage."
A tout cela notre linot
Répondait par quelque bon mot ;
La mère en gémissait dans le fond de son âme.
Un vieux merle, ami de la dame,
Lui dit : "Laisser aller votre fils au grand bois :
Je vous réponds qu'avant un mois
Il sera sans défauts." Vous jugez des alarmes
De la mère qui pleure et frémit du danger ;
Mais le jeune linot brûlait de voyager ;
Il partit donc malgré ses larmes.

A peine est-il dans la forêt,
Que notre petit personnage
Du pivert entend le ramage,
Et se moque de son fausset.
Le pivert, qui prit mal cette plaisanterie,
Vient à bons coups de ber plumer le persifleur,
Et, deux après, un pic
Le dégoûte à jamais du métier de railleur.
Il lui restait encor la vanité secrète
De se croire excellent chanteur ;
Le rossignol et la fauvette
Le guérir de son erreur.
Bref, il retourna chez sa mère,
Doux, poli, modeste et charmant ;
Ainsi l'adversité fit, dans un seul moment,
Ce que tant de leçons n'avaient jamais pu faire.

FLORIAN

linotte