Chanson de la Forêt

Nulle fête n'est plus complète
Que la fête dans la forêt.
Tout embaume : la violette,
L'églantine et le frais muguet.

Les oiseaux, en troupe pressée,
Gazouillent, et les jouvenceaux
Parent de verdoyants rameaux
Les bonnets de leurs fiancées.

Vermisseaux, chevreuils gracieux,
Lièvres, renards y font bombance ;
Grands et petits entrent en danse
Sous le soleil, lustre des cieux.

Chanson de la Bruyère

Que ma chanson gaiement résonne !
Lorsque se lève le soleil,
J'ai, moi, l'éclat du feu vermeil ;
La forêt est à son automne.

Sauvage, avec son frais bonnet,
Ma fleur ondule à la lumière ;
Entre mes branches, sur la terre,
Glissent la couleuvre et l'orvet.

Les vanneaux et les alouettes
Chantent pour moi leur plus doux chant,
Et le logis du paysan
S'égaie et rit de mes fleurettes.

Traduit de Carl EWALD, auteur danois, par M. PELLISSON

bruy_re