Il était une fois un Grand Vent dans la plaine...
Un grand vent éperdu qui courait hors d'haleine
Et qui bouleversait en courant l'horizon...

Il était une même fois une Maison,
Une petite Maison claire et bien rangée.
Jamais, à moins depuis qu'on ne me l'ait changée,
De petite souris dans le noir n'y trottait ;
Jamais contre le mur de volet n'y battait ;
Jamais sa porte ne claquait, jamais son heure
N'avançait ni ne retardait, jamais le beurre
N'y crachait de la poêle au nez noir d'un sabot
Et jamais le bouillon ne s'y sauvait du pot.
En vérité, c'était une maison bien sage
Assise pour toujours à l'abri, le visage
Tourné hors du soleil qui brûle, hors de l'air
Batailleur qui dérange en avril le ciel clair,
Les murs nets, le toit lisse, un tantinet étroite,
Sur la grand'route sûre d'elle, blanche, droite.

Marie NOËL

Petite_maison