La rose morte avait pris pour mission
De refleurir. L'ai-je trempée dans l'encre
Ou dans le sang ? La voici rose rouge
Comme ce point posé sur l'avenir
Et qui regarde un serpent sans alcool.

Mon territoire est semé de ces roses.
Chaque moment vécu, dans cent mille autres
Veut refleurir. Qu'importe ! Étant nuage,
Je veux pleuvoir. Étant aigle, je monte.
Étant serpent, je rampe. Étant poisson,
Je nage au fond, tout au fond de moi-même
Et je regarde un peu de moi couler.

Encre est mon sang si j'écris cent fois rose.
En respirant mon poème futur,
Je suis grisé. Espace, emporte-moi
Car je ne suis qu'un vieil horticulteur.

Et je murmure en parcourant ma vie
Et mes jardins le nom d'une autre rose
Que je tairai, car ma fleur est discrète
Et je ne suis qu'un troisième pétale.

Rober SABATIER

roserose