Demain sera Noël ; la boutique est superbe.
Le frère, ses deux soeurs, - demoiselles en herbe, -
Et le petit dernier au bras de la nounou
Ont ri de si bon coeur, vu de si belles choses
Qu'ils en rêvent, la nuit, sous leurs fins rideaux roses
Et, - cheval d'un louis ou fantassin d'un sou, -
Entendent nettement chanter chaque joujou :

La poupée

C'est mon poupon, car je suis en famille.
Il est bien mis ! Ma toilette est gentille !
Vous me idrez : "Mais qui donc vous habille ?
Tous nos trousseaux sont faits à la maison
Par une adroite et très petite fille.
A se servir des ciseaux, de l'aiguille,
A transformer en robe une guenille,
Je l'instruisis, - et n'eus-je pas raison ?
Vous le voyez, je ne suis point trop bête,
Et je vous dois encore une leçon :
Gardez-vous bien, dans le coeur et la tête,
Comme nous deux, de n'avoir que du son !

Les soldats

Sabres, fusils et gibernes !
Nous, les soldats de bois, - nous les soldats de plomb,
Des boîtes sont nos casernes.
Vous servirez aussi ; ce ne sera pas long.
Ta-ra-ra, - bientôt, la France
Aura besoin de vous. Marche et sonnez, clairons !
Ran-tan plan ! - Vous, l'espérance,
Debout ! Roulez, tambours. Honte sur les poltrons !

Le cheval

Je trotte ou je galope
Et puis, frais et dispos,
Courir toute l'Europe
Sans pitance et sans repas...
Sur mes quatre roulettes.
Quant à mes côtelettes
Ou même à mon bifteck,
S'il est dans vos usages
D'être un brin hippophages,
Hélas ! je suis trop sec !

noel