Saint-Jean de la Blaquière, est le pays du bon vin,
Et l'hospitalité, n'y est pas un mot vain.
Y étant passé un jour, je me suis dit : pas bête,
Voilà un petit coin ou prendre ma retraite.

Quand on m'a demandé, êtes-vous fanfaron ?
Je les ai regardés avec des yeux tout ronds.
Puis ils m'ont adopté et dit, l'air ingénu,
Restez donc avec nous, ça fera un de plus.

C'est un petit village serti dans les collines,
La bonne chère aidant, les gens ont bonne mine.
A part quelques grincheux, car il y en a partout,
Le climat amical, fût de suite à mon goût.

S'il y a du bon vin, il y a aussi de l'eau,
Nous avons quatre rivières qui viennent du plateau.
Elles arrivent toutes du Nord, avec leurs eaux vives.
Surtout pendant l'hiver, lorsqu'elles emplissent leurs rives.

Il y a la Cartalenque qui passe à Rouquette,
Sur son petit parcours, elle est si gentillette.
Elle ne vient pas de loin et s'arrête à Saint-Jean,
En nous gratifiant, d'un joli confluent.

C'est de cette jonction que grossit la Margueride,
Qui elle, rejoint la Lergue à travers la garrigue.
Elle passe à mon jardin, fait pousser mes carottes,
Tant mieux si de temps en temps on voit nager des crottes.

A l'ouest il y a Marot, à l'eau plus ou moins vive,
Quelquefois polluée par le jus des olives.
Mais de la critiquer, bien sûr nous nous gardon,
Si à une certaine époque, elle ne sent pas bon.

Et puis enfin à l'est il y a l'Aguarel,
N'ayant pas beaucoup d'eau, il est sensible au gel.
Tout le monde peu le voir, dans un beau paysage,
Quand on va à Clermont, il est sur le passage.

Ensuite pour les chasseurs, il y a la Diane,
Pour suivre la grosse bête, il faut avoir la flamme.
Car des journées entières, nous parcourons les bois,
Ou depuis des millénaires, sire sanglier est roi.

Evidemment aussi, pour les gens les plus sages,
Très bien organisé, le Club du 3eme âge.
Qui à chaque fois que nous nous réunissons,
Est le conservatoire de très vieilles chansons.

Car nous avons aussi, notre Salle Polyvalente,
Où l'on se réunit, ou l'on rit, ou l'on chante.
Et ou l'on organise des goûters et des bals,
C'est la magnifique salle "Victorin Guibal".

Nous la devons surtout à l'action permanente,
D'une municipalité, entre toutes agissante.
Et puis aussi ma foi, car il faut bien le dire,
Au fondateur de notre club, bien avant qu'il expire.

Il y aurait beaucoup à dire, sur notre beau village,
Vouloir trop le vanter, ne serait pas très sage.
Si beaucoup d'étrangers, y ont élu résidence,
De goûter sa quiétude ils ont bien de la chance.

Je m'arrête donc d'en faire l'apologie,
Car beaucoup trop de monde, y prendrait logis.
Nous serions trop nombreux, et ce serait dommage,
De devoir partager, un si bel héritage.