"Il était une fois...". On jouait ; on s'arrête ;
Tous les joujoux lâchés quittent la main distraite ;
On s'assoit, bouche bée, en faisant des yeux ronds.
Grand'mère, qui tricote à petits gestes prompt,
D'une petite voix commence son ramage,
Et l'on reste, à l'ouïr, sage comme une image.
Le conte qu'elle dit, certes, on le connaissait.
C'est le Chaperon Rouge ou le Petit Poucet,
La Belle au Bois dormant, la Chat botté, Peau d'Âne,
Cendrillon, Les souhaits, Barbe-bleue et Soeur Anne,
Et Riquet à la Houppe, et bien d'autres encor.
Certes, on en sait par coeur l'histoire, le décor,
Les répliques ; mais comme on aime à les entendre.
Au chevrotement doux, monotonement tendre
De grand'mère, qui conte en tricotant son bas,
Et semble quelque fée, elle aussi, de là-bas !
Soi-même, à ce là-bas, comme on y va, sincère !
Quand c'est le loup qui parle, ou bien l'ogre, on se serre
L'un contre l'autre ; on voit leurs yeux rouges ardents,
Le trou blanc qu'ouvrent dans la nuit leurs grandes dents.
Pauvre Chaperon Rouge, avec son pot de beurre !
Heureux Petit Poucet, lui ! sa chance est meilleure ;
Mais il l'a joliment méritée, en effet ;
Et s'il coupe le cou de l'Ogre, c'est bien fait !

Jean RICHEPIN

art043A011