Le soir tombe. Là-haut, sur les collines sombres,
Des saules et des pins jettent leurs grands ombres ;
Sous la lune qui monte on distingue à demi
Les toits et le clocher d'un village endormi ;
Un passeur, détachant la barque de sa chaîne,
Lentement la conduit vers la rive prochaine...
Et mon rêve devine et je cherche des yeux
L'invisible passeur des âmes dans les cieux.

Henri de BORNIER