La bise souffle ;
Des papillons blancs peuplent l'air.
Au feu l'on rôtit sa pantoufle ;
C'est bien l'hiver !

C'est le verglas ; c'est la glissoire.
Et - clip-clap - les mignons sabots
Font un tel bruit qu'on pourrait croire
Ouïr grincer de longs rabots.
Un gros d'enfants se précipite
Vite, plus vite, encor plus vite,
Et tous culbutent sur le dos.
Celui-ci rit, celui-là gronde,
Mais l'autre passe - et le voilà !...
- Chers petits amis, dans le monde
C'est tout à fait comme cela.

C'est le vent du nord : c'est la neige
Dont les agiles écoliers
Dans la vaste cour du collège
Font, - à coups de poings, de souliers -
Un ogre, un fort. Et quelle joie !
Le temps fuit, le soleil flamboie,
Et ce sont leurs tours familiers
Qu'oeuvre s'écroule et neige fonde.
Plus rien n'en reste, et tra-la-la !
- Chers petits amis, dans le monde
C'est tout à fait comme cela.

C'est l'étang gelé ; c'est la glace
Où - zin-zin - siffle le patin.
L'on va, revient, tourne et se chasse
D'un rire aigu, d'un pied mutin.
L'eau s'ouvre et prend le moins agile.
Puis sur l'étang encor fragile,
Oublieuse du noir destin,
La foule revient, vagabonde,
Glisser d'ici, glisser de là...
- Chers petits amis, dans le monde
C'est tout à fait comme cela.

La bise souffle ;
Des papillons blancs peuplent l'air.
Au feu l'on rôtit sa pantoufle ;
C'est bien l'hiver !

Aimé GIRON

neige