Après une vie bien remplie
La famille, le travail, les soucis
Enfin, prendre un peu de répit
Les enfants ont grandi
Quitté le logis, fait leur vie
Heureux, ils ont réussi
On pense être à l'abri
Mais la vieillesse, on l'oublie
Avec son cortège de maladies
Alors comme de vieux copains
On se souvient, se soutient
Et, main dans la main
On continue le chemin
Pendant les longues veillées
Près du feu de la cheminée
On relate le temps passé
C'était merveilleux, on se cherchait
Puis un jour les a rassemblés
Leur regard plein de tendresse
Parfois se voile de tristesse
Qu'un léger sourire caresse
Malgré les rides qui paraissent
Émus, ils ne pleurent pas
Vous comprenez pourquoi
Leurs larmes se sont taries
Forgés par la vie
Martelés par les ans
A vivre, ils n'ont pas le temps
Comme le vent d'hiver
Qui balaie la terre
La gèle et la fait craquer
Ballottés de tous côtés
Leurs forces s'en sont allées
Mais ou de même contents
Un jour d'avoir eu vingt ans
Ils quittaient tout, fichaient le camp
Au diable les soucis d'argent
La richesse, le plus beau revenu
C'est tout cela, l'avoir vécu
Comme le vent d'hiver
Qui balaie la terre
La gèle et la fait craquer
Fatigués d'avoir trop veillé
Sans bruit, ils nous ont quittés
Maintenant ils reposent là-bas
Dans le cimetière que l'on voit
Bordé de cyprès et de lilas
Sous une simple pierre
Surmontée d'une croix
Où l'on dit des prières
Pour qu'ils ne meurent pas
Une petite plaque gravée
Rappelle aux passants distraits
Ce qui fut leur secret
Et l'inscription disait
Jamais rien de pourra nous séparer
Pour la vie éternelle je t'attendrai.